Pietro L'Aretino

Pierre Arétin (en italien Pietro Aretino) est un écrivain et dramaturge italien, né le 20 avril 1492 à Arezzo (Toscane) et mort le 21 octobre 1556 à Venise (Vénétie).

Biographie[modifier]

Pierre l'Arétin est né en 1492 à Arezzo (l'Arétin signifiant « venant d'Arezzo »). Banni de sa ville natale, il passe une décennie à Pérouse avant d'être envoyé à Rome, où le riche banquier Agostino Chigi, mécène de Raphaël le prend sous son aile. L'Arétin fait parler de lui à Rome à travers ses satires mordantes et les Sonetti lussuriosi (Sonnets luxurieux), pièces assez crues qui servirent d'accompagnement textuel à 16 illustrations pornographiques de Giulio Romano (Jules Romain)[pas clair]. Cet écart lui vaut de perdre la protection du pape Léon X.

Ses Ragionamenti, propos d'une prostituée à divers interlocuteurs composés comme des raisonnements en forme de dialogue platonicien, tournent en dérision la société de son temps et particulièrement les sacrements religieux (vœux monastiques, mariage). Un des personnages est la Nanna, une ancienne courtisane qui évoque son expérience.

Après une tentative d'assassinat sur sa personne, l'Arétin part vivre à Mantoue, puis enfin à Venise (la ville italienne la plus opposée au pape) en 1527, où il demeure jusqu'à sa mort.

L'Arétin est l'auteur de cinq comédies (dont La Cortigiana et La Talenta) et de la tragédie Les Horaces (1546). Lors de son séjour à Venise, il publie également sa correspondance, mettant ainsi sous pression tout ce que l'Italie comptait de notables. Il n'épargne pas dans ses écrits satiriques les princes et les grands, ce qui le fait surnommer « le fléau des Princes » : la plupart, pour éviter les traits de sa satire, lui font des présents considérables, quelques-uns, cependant, ne le payent qu'avec le bâton. C'est ainsi que François Ier et l'empereur Charles Quint le subventionnent en même temps, chacun espérant quelque dommage pour son rival. Par orgueil, il s'appelle lui-même le « divin Arétin ».

Sur la fin de sa vie, l'Arétin publie par ailleurs diverses œuvres pieuses (une traduction italienne des Psaumes de David, trois livres « sur l'humanité de Jésus Christ » ainsi qu'un livre sur la passion du Christ).